Archives


Expositions passées



Le Paris de Maurice Bonnel
(1950-1965)
24 mars au 5 avril 2022




A  A l'occasion de la sortie du livre " Le Paris de Maurice Bonnel, 1950-1965" de Patrick Marsaud aux éditions Michel Lagarde, l'Atelier/Galerie Taylor expose les photographies argentiques de Maurice Bonnel.

Travailleur de la PTT (Postes, télégraphes et téléphones), parcourt les rues de Paris, Maurice Bonnel, que ce soit en allant au travail ou pendant ses congés, il est toujours accompagné de son appareil photo. Ces clichés font (re)découvrir Paris et ses habitants. Un voyage conjugué au passé qui offre aux visiteurs de l'exposition une souriante balade à travers les quartiers et les ruelles de la ville, au détour de scènes insolites des années 50 et 60.

« L’œuvre de Maurice Bonnel se situe dans la lignée dite « humaniste » de la photographie française, un courant auquel on affilie Robert Doisneau, Willy Ronis, Sabine Weiss, Edouard Boubat et bien d’autres.

Maurice Bonnel avait un œil, et son œil était malicieux. Il a commencé par photographier sa rue et les artères avoisinantes, en suivant parfois les premiers pas de sa fille. Documentant son quartier proche, il s’en est de plus en plus éloigné, jusqu’au moment où il a déménagé. Ses promenades ont alors illustré des thèmes qu’il avait choisis : les cinémas, la Seine, les enfants, les affiches ou les boutiques, guettant le détail que personne n’avait remarqué, et l’humour d’une situation ou d’une enseigne. Rien ne devait lui faire plus plaisir que de trouver la plaque d’un docteur Carabin ou celle d’un chirurgien-dentiste nommé Boucherie, d’associer celle de la clinique du Dragon à une triperie mitoyenne, de photographier une charcuterie située à côté d’un café nommé « Aux Assassins », des clochards sur les marches du Ministère des Finances, ou deux affiches de film : l’une pour Comment réussir en amour, l’autre pour Landru. » Patrick Marsaud

Vernissage de l'exposition, jeudi 24 mars 2022 de 18 à 21h, « Le Paris de Maurice Bonnel (1950-1965)», en présence de la fille du photographe, Marie-Christine d’Issernio, et de l'auteur de l’ouvrage Patrick Marsaud et l'éditeur Michel Lagarde.

Pour la même occasion le samedi 26 mars de 11 à 19h aura lieu une signature de l'ouvrage « Le Paris de Maurice Bonnel  (1950-1965) », avec l’écrivain et expert de lieux insolites de la capital, Patrick Marsaud.

Vous pouvez trouver le catalogue des photos inédites de Maurice Bonnel ici, ou bien directement dans notre showroom Atelier/Galerie Taylor.


L'Atelier/Galerie vous accueille sur rendez-vous à la découverte de ses collections privées.
N'hésitez pas à nous appeler afin de convenir d'un moment en semaine ou week-end.

+33 (0)6 61 31 24 48
contact@galerie-taylor.fr

Atelier/Galerie Taylor
7 rue Taylor / 75010 Paris

Facebook / instagram / Artsper



Gilles Bassignac
"Notre-Dame brûle"
16 mars 2022




A l'occasion de la sortie du film de Jean-Jacques Annaud sur l'incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris le 15 avril 2019, l'Atelier/Galerie Taylor présente des épreuves de la cathédrale en proie aux flammes du photographe Gilles Bassignac
Des images qui plongent le spectateur en immersion dans ce grand spectacle de feu. Lorsque catastrophe et divin se mêlent. La "Vieille Dame", sublime patrimoine de l’humanité, a su rester debout...

En ventes des tirages uniques immortalisés par le photographe Gilles Bassignac.
Tirages fine art, signés et numérotés, formats 30x40, ou encadré en 40x60 dans un passe partout 50x70, cadre chêne.

L'Atelier/Galerie vous accueille sur rendez-vous à la découverte de ses collections privées, n'hésitez pas à nous appeler afin de convenir d'un moment en semaine ou week-end.

+33 (0)6 61 31 24 48
contact@galerie-taylor.fr

Atelier/Galerie Taylor
7 rue Taylor / 75010 Paris




Des visages de Femmes
Une "dédicace" dédiée aux femmes
du 8 au 20 mars 2022




L’Atelier/Galerie Taylor rend hommage aux femmes en commémoration du 8 mars, Journée Internationale des Droits de Femmes.
“Des visages de femmes” immortalisées par nos photographes. L'occasion de mettre en avant les femmes au cœur de la création ainsi que leur participation à la vie sociale, politique et économique.  Car chaque image a une histoire.
L’exposition dans notre Atelier/Galerie présente des images de Pierre Boulat,  Alexandra Boulat, Olivier Le Brun, Nadia Ferroukhi, Hélène Guetary et José Nicolas. 

La dédicace se poursuit aussi avec une vente aux enchères online, une exceptionelle sélection de plus de 80 tirages, issue de nos collections. 
Clôture dimanche 13 mars 2002 à 17h30 avec Sadde, maison de ventes aux enchères, via Drouot.com

Par les photographes:

Paul Almasy - Eric Bénard - René Bizet - Pierre Boulat - Eric Bouvet - Robert Capa - Philippe de Poulpiquet - Jean-Pierre Duvergé - Elliot Erwitt - Nadia Ferroukhi - Jean-Claude Figenwald - Jacques Graf - Hélène Guétary - Philippe Halsman - Irina Ionesco - Irène Jonas - Jean-François Jonvelle - Steve McCurry - José Nicolas - Martin Parr - Willy Ronis - Marc Simon - Aldo Soares - Dennis Stock - Claude Vesco



Andréa Olga Mantovani
Le Chant du Cygne
du 16 au 30 nov 2021




Dans la partie orientale de la Pologne, juste à la frontière avec la Biélorussie, se situe la forêt millénaire de Białowieża. Les 142 000 hectares de végétation constituent la plus ancienne forêt naturelle de plaine d'Europe. Depuis 2016, elle est le théâtre de l'un des plus importants conflits environnementaux en Europe. Le Ministère de l'Environnement polonais y mène une campagne de déforestation.
Depuis plusieurs mois, la photographe Andrea Olga Mantovani a exploré ce territoire en cherchant à saisir les enjeux du conflit qui s'y déroule. Dans son approche, la photographe alterne des images de paysage célébrant la force et la beauté d'une nature immuable et des photographies plus allégoriques. Elles nous renvoient à la complexité de cette crise, à la relation entre les concepts de nature et culture et elle évoque de manière métaphorique certains aspects de l'affrontement qui oppose un gouvernement tradtionaliste aux valeurs défendues par les militants écologistes.

Dans ce travail, Andrea Olga Mantovani a cherché à rendre compte de ses rencontres avec ces derniers, à porter par l'image, la voix des peuples de la forêt, celles des luttes et des imaginaires, révélant ce qu'elles ont de commun et d'actuel. Et depuis là, pouvoir saisir, autrement qu'en éternelles victimes, la guerre qui nous est faite.